le forum-théâtre face au conflit à l’institut de Gorlovka pour les langues étrangères

16 écoles techniques supérieures du territoire de Donetsk se sont installées dans d’autres villes depuis le début de la guerre dans l’est de l’Ukraine. Les problèmes rencontrés par ces institutions d’enseignement à l’est de l’Ukraine sont peu rapportés dans les médias. C’est à cette situation que fait face l’institut de Gorlovka pour les langues étrangères à Bachmut, près de Donetsk, depuis déjà 3 ans.

Dans le cadre d’un petit projet « Urban Theater », initié par notre programme pédagogique « forum-théâtre pour le dialogue et le travail de paix », les étudiants de l’université de Bachmut ont reçu un espace de dialogue dans lequel il ont pu, avec l’accompagnement du directeur de Projet Vladislav Glushko, parler entre eux des problèmes survenus dans l’institut de Gorlovka suite au déclenchement de la guerre. Vladislav est membre de l’ONG « Mitza Gromada » et en même temps impliqué dans notre programme pédagogique au travers duquel « Urban Theater » est financé et soutenu.

Le but essentiel de « Urban Theater » est que les étudiants soient sensibilisés aux origines des conflits sociaux nés des conséquences de la guerre et puissent les reconnaître. En plus de cela, le projet doit contribuer à réduire les jugements et stéréotypes envers les étudiants réfugiés, voire même à les supprimer.

Pour cela, lors d’un forum-théâtre, il est donné au public la possibilité de participer activement à ce qui se déroule sur la scène et engage à une contribution créative : Durant la pièce, chacun peut, selon sa propre appréciation, influer sur le déroulement de l’action, dans laquelle on peut remplacer l’acteur ou bien proposer un déroulé différent. L’événement est coordonné par un modérateur formé, un bien nommé « Joker du forum-théâtre », qui dirige également la discussion suivant la pièce.

Un groupe de 19 étudiants, dont la moitié d’entre-eux sont réfugiés internes, prend part au projet « Urban Theater ». Sous la direction du coach Vladilav Glushko, les scènes sont créées durant les répétitions par les étudiants eux-mêmes. Celles-ci sont basées sur des faits réels, des problèmes actuels de la vie au sein de l’institut.

Vladislav explique que les discussions passionnées et les nombreuses conversations entre les participants durant la préparation du forum-théâtre ont clairement montré que les thèmes choisis sont actuels et méritent d’être discutés. « Je n’ai pas choisi l’institut comme thème de mon forum-théâtre seulement parce que je suis étudiant de cette faculté. Le destin de l’institut et les relations entre les étudiants me tiennent à cœur. Avant de préparer ce projet, j’étais conscient qu’il existait beaucoup de problèmes liés au déplacement forcé de l’institut. »

A la façon d’une renaissance, un nouveau départ pour l’institut est perceptible à Bachmut : De nouvelles classes et logements étudiants ont été construits et une nouvelle base méthodologique s’est constituée. le recrutement d’un nombre minimum obligatoire, sur lequel repose l’avenir de l’institut, posait un grand défi. L’université se trouvait au bord de la fermeture, cela avait déjà eu pour conséquence la perte de travail de ceratins professeurs et le départ d’étudiants vers d’autres établissements. Pour résoudre ce problème et éviter la fermeture, plusieurs étudiants ont décidé de s’engager plus activement dans la vie de l’institut et de le rendre plus attractif. Au travers de plusieurs actions, ils ont réussi à réveiller un nouvel intérêt et à faire remonter le nombre d’inscriptions.

Malgré tout, les expériences de la guerre et le traumatisme dû au déplacement forcé présentent tous deux le plus grand des problèmes. La séparation avec la famille, les amis, l’insécurité et la perte d’un chez-soi ont eu des répercussions sur la santé psychique des étudiants et des professeurs qui pour certains d’entre eux encore se trouvent encore état de stress. En plus de cela, les étudiants, en particuliers réfugiés, doivent également trouver des extra-jobs afin de financer leurs études.

Pour les étudiants de Bachmut déjà présents, l’arrivée de l’institut de Gorlovka pour les langues étrangères et les nouveaux défis qui l’accompagnent, comme le surpeuplement des logements étudiants ou les nouvelles réglementations à l’évaluation des examens, sont également devenus un facteur de stress inattendu et une source de conflit.

La situation est d’autant plus difficile que tous les étudiants, réfugiés comme habitants locaux, vivent dans la peur permanente, la ville étant située à seulement quelques kilomètres de la ligne de front.

Tous ces facteurs rendent les études compliquées et conduisent les étudiants à s’absenter des amphithéâtres et ne plus suivre leurs cours. Afin d’encourager les étudiants actifs, le ministère de l’éducation ukrainien a instauré une nouvelle règle : chacun peut obtenir, pour son engagement en dehors des cours, sous le contrôle du personnel enseignant, 5 points crédits supplémentaires ainsi que le droit à une bourse d’étude plus élevée. Cette nouvelle régulation donne lieu cependant à de nouveaux conflits car ceux qui ne se sont pas engagés et consacrent plus de temps à apprendre trouvent injuste que des points soient donnés de cette façon. Le don de ces points est toutefois lá pour compenser la perte de temps pour étudier.

Pour montrer les différentes perspectives dans cette situation de conflit, les participants de « Urban Theater » a rassemblé d’un côté les étudiants qui obtiennent des points supplémentaires pour leur engagement au sein de l’institut, et de l’autre les étudiants qui travaillent pour leur études et ne sont pas d’accord avec ce nouveau système de notation.

La pièce en trois actes a été présentée devant les étudiants et les habitants de la ville de Bachmut, à l’issue de celle-ci des solutions aux problèmes causés par le conflits ont été débattues. Au cours de la discussion, il est clairement apparu que la mise en scène symbolisait très bien les sujets de tensions, autant pour les étudiants que pour les habitants de Bachmut. « Urban Theater » a pu, grâce à la méthode du forum-théâtre, mettre en place une plate-forme de dialogue adéquate pour engager un dialogue ouvert sur les conflits sociaux actuels et pouvoir créer d’autres relations entre les participants qui sont eux-mêmes impliqués dans ces conflits. À la fin de la discussion, les étudiants réfugiés, les étudiants locaux, les professeurs ainsi que les habitants de Bachmut, étaient tous prêts à réaliser plus de compromis.

De plus en plus de bacheliers locaux s’inscrivent maintenant à l’institut pour les langues étrangères de Gorlovka dont les portes restent toutefois ouvertes aux futurs étudiants venant des territoires non controlés de Donetsk et de Luhansk. Les questions d’intégration et de compréhension mutuelle entre les étudiants va rester encore quelques temps un sujet de discussion au sein de l’institut.

Vers la page web du projet : "surmonter ensemble les conséquences de la guerre" (allemand)

Retour